Cinéphile m'était conté ...

Cinéphile m'était conté ...

Le sel de la terre (Salt and Fire)

527870.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

De toute manière, Werner Herzog a toujours été ailleurs. Depuis ses débuts avec Signes de vie avec Même les nains ont commencé petits. Et il était toujours à part avec Aguirre, Kaspar Hauser, Nosferatu et Fitzcarraldo. Alors, pourquoi Salt and Fire serait-il déconcertant ? Parce qu'il emprunte la voie d'une intrigue assez biscornue ? Parce que son propos semble sinon incohérent du moins occulté par des dialogues parfois sentencieux ? Et l'humour dans tout cela ? Parce qu'il y en a pas mal dans le film, notamment dans les scènes de fin. Entre un prologue étrange et déconnecté, un huis-clos qui suit, peu dynamique et outré dans l'interprétation, et une dernière partie esthétique et contemplative, on se demande bien où Herzog place son message, si tant est qu'il y en a un. Mais si, mais si, sur des sujets que l'on trouvera sans doute éculés, soit la splendeur de la nature et l'action mortifère des humains. Le cinéaste allemand lanceur d'alertes ? Jawohl, en quelque sorte, mais à sa façon et dans un film construit sans souci de se plier à des conventions narratives. On n'est pas si loin de Fitzcarraldo et d'Aguirre, somme toute. Et l'expression Le sel de la terre prend soudain une toute autre signification ...

 

Salt_and_Fire.jpg

 

Classement 2016 : 109/257

 

Le réalisateur :

MV5BNzQ4Njc3MTQ0NF5BMl5BanBnXkFtZTcwMTg4NzY5Mg@@._V1_UY317_CR40214317_AL_.jpg

 

Werner Herzog est né le 5 septembre 1942 à Munich. Il a débuté en 1968 avec Signes de vie. Outre ses documentaires, il a notamment signé Même les nains ont commencé petits, Aguirre, la colère de Dieu, L'énigme Kaspar Hauser, La ballade de Bruno, Nosferatu, fantôme de la nuit, Fitzcarraldo, Bad Lieutenant ...



26/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres